Page 85 - La Place des Wallons
P. 85

 Rue des Éburons
perdition que je tente apparemment, et contre toute logique, de maintenir en vie.
Tout ce qu’il me reste de cette rue (quelle rue ?) c’est le simple souvenir d’un sujet blanc glacé sur un fond blanc — deux tons de blanc à peine discernables, développés sur une photographie aperçue il y a peut-être trente ans.
Le nom de cette rue — il m’était revenu à un moment, sur le petit trajet de mon bureau à la cuisine, peut-être à la vue du réchaud. Je suis sujet à ça ; à ces éclats de souvenirs, ces associations d’idées, qui proviennent de je ne sais où ; en tout cas ce jour-là je me poussais vers la cuisine, et le nom avait resurgi ; et j’avais somnolé un peu à sa mélodie, assis comme ça sur mon fauteuil roulant, et j’avais rêvassé. Peut- être avais-je vu un réchaud tout pareil dans cette rue, posé sur le trottoir ?, quel- qu’un qui brûlait des marrons, oui... il y avait cette brume boisée qui vous donnait l’eau à la bouche ; c’était peut-être cette association d’idées là ; peut-être aussi cette
85






























































































   83   84   85   86   87