Page 78 - La Place des Wallons
P. 78

 Christophe Géradon
C’était la deuxième faute de cette soirée confortable, et j’y pensais longtemps avant de m’endormir. Je dormais sur le dos, fixant le plafond, Émilie dormait dans la chambre de ma Clothilde, et je pensais aux Diables de ma vie, et aux Diables de l’actrice précoce ; que s’était-il passé dans son âme à elle, quel Diable avais-je exhu- mé quand, en fin d’après-midi, je lui avais ouvert la porte de la chambre d’enfant ? De quels Enfers provenaient ces larmes soudaines ?
Aujourd’hui, bien sûr, je peux répondre à ces questions. Des questions que j’aurais eu envie de ne jamais me poser. Nous n’avions, Émilie et moi, pas du tout parlé du tournage. Ce fameux tournage dont je saurais bientôt trop de choses.
Quand je m’étais levé, sans avoir dormi, j’avais préparé le café, deux heures avant le rendez-vous d’Émilie sur le plateau de tournage. Mais à une heure inquiétante, Émilie ne descendait pas. Je montai, frap-
78






























































































   76   77   78   79   80