Page 75 - La Place des Wallons
P. 75

 Septante
d’ailleurs, dans ma curiosité naissante des “actrices précoces”, et je n’ai pas vraiment le sentiment d’être berné si je joue au même jeu. Nous arrivons à ma porte, et dansons à nouveau jusqu’au deuxième étage, un ballet parfaitement orchestré par mon vécu et par son conditionnement.
Nous sommes le soir, la veille du pre- mier jour de son tournage. Émilie a croisé les jambes, sa main gauche palme son ge- nou, et l’autre souligne ses anecdotes. C’est un spectacle, vraiment, et je pourrais en disserter longuement, disserter de ses “manières”, de la différence entre l’âge de son corps et celui, apparent, de son esprit ; mais la tournure des évènements m’oblige à parler plutôt du Diable en filigrane. Je suis un vieil homme éduqué dans la Foi catholique, ainsi durant nos palabres, notre souper commode, puis notre café détendu, j’ai tenté de dévisager son masque, de lui trouver une âme. Tout, tout ce à quoi j’assistai laissait à penser que l’on avait affaire à un génie miniature ; comme
75































































































   73   74   75   76   77