Page 48 - La Place des Wallons
P. 48

 Christophe Géradon
Courtois, et je n’osais m’en approcher plus avant. Peut-être par pudeur, je restais à l’écart, toisant à distance la scène sans ac- teurs.
C’est alors que je vis trois hommes, se détachant lentement d’un léger brouillard. Ils marchaient les mains dans les poches de leur longue veste feutrée, à la façon de novembre. Par instinct encore, je m’étais escamoté derrière une voiture en station- nement, presque accroupi. C’étaient bien Mautalban, Diekirch et le Dandy. Ils avaient pris le chemin inverse, semblait-il, celui de la trémie Sainte-Marie. Peut-être avaient-ils été déjeuner au Pub 200, s’il existait encore.
Le Pub 200, il y a 20 ans, nous y allions parfois dîner à deux. Marie m’y suivait, intriguée ; je me sentais particulièrement investi de mener la marche, de la guider au premier étage, de choisir la table. L’é- tage était généralement désert ; les habi- tués buvaient au bar, et les occasionnels
48






























































































   46   47   48   49   50