Page 46 - La Place des Wallons
P. 46

 Christophe Géradon
me suis mis à l’écart de ses petites considé- rations. Non, Senserino n’a pas foncière- ment snobé la nouvelle, mais quelque chose reste en suspens, l’impression de vous être trompé sur des détails qui vous parais- saient inébranlables, et vous vous deman- dez maintenant si ça n’a pas ouvert la boite de Pandore — si le mensonge n’est pas... global. C’est un mécanisme mental tout aussi idiot que la question de Senseri- no. Mais, tout de même, mon corps a jugé bon ces jours-là, à la manière qu’il a de bifurquer en allongeant soudain une jambe plus que l’autre, d’éviter les pièces où se trouvait mon colocataire. Peut-être avais-je peur d’en avoir le cœur net.
Cette semaine je me suis découvert, sans que ce soit une surprise, un début de barbe grise, que je rasai dans l’évier d’un coup de lame, et fis disparaître dans les tuyaux de plomb. Demain, on serait 12.
Je m’étais habillé chaudement. Jusqu’à 9 heures, je fixais mon reflet emmitouflé
46






























































































   44   45   46   47   48