Page 43 - La Place des Wallons
P. 43

 Le pèlerinage
du crâne la grêle et les coups. C’était l’époque des amours confinés, dont l’ex- pression ne passait que par le nez — les arômes et les pleurs.
Nous n’étions finalement qu’une troupe de théâtre. Des saltimbanques improvisés qui jonglions dans le champ de vision de la belle ; la belle qui, souriant poliment à nos tours, maintenait indéfiniment le champ du possible.
Michel Mautalban, Roger Diekirch, et le Dandy, son nom m’échappe. Et Sense- rino, bien sûr.
Raphaël Senserino était déjà à l’époque mon meilleur ami. C’était le seul qui avait survécu au passage du temps. Aux affres de la vie en photocopieuse. Vingt ans après Marie, nous louons encore ce petit duplex dans le quartier du Laveu. Deux vieux célibataires particulièrement secrets sur le sujet des femmes. Je vais devoir an- noncer la nouvelle à Senserino, quand il
43





























































































   41   42   43   44   45