Page 40 - La Place des Wallons
P. 40

 Christophe Géradon
Je m’étais arrêté d’écrire, et fixai la pho- tographie dans le cadre. En dessous de ma petite rédaction, il y avait sur la page un espace libre qui, je le vérifiai, pouvait par- faitement accueillir la photo prise ce soir de septembre 67.
Ma petite tête, en bas à gauche sur la photo, et, centrés, derrière le grillage, les deux joueurs en survêtement, la cuisse re- levée, piétinant les mottes d’herbes.
Le reste de la journée, je regardai par la fenêtre, assis à mon nouveau “lieu de tra- vail” en bois, le bureau de Papy. Et je pen- sais beaucoup au “pouvoir” du carnet et du stylo ; qu’une fois assis je pouvais y avoir à nouveau 8 ans, y avoir toujours mon Papy, et y faire perdurer éternelle- ment les choses qu’on a peur de voir dis- paraître à jamais.
40






























































































   38   39   40   41   42