Page 37 - La Place des Wallons
P. 37

 Le Sporting Castrol
voyage dont j’avais fini par douter, et que dans mon souvenir nous avions fait Papy et moi à bord de la Méhari, le long de la Meuse, les cheveux battus par le vent... Je décidai de soulever le stylo et de l’arrimer à la première page du carnet, offerte à mes souvenirs. Du bout des doigts je rede- venais doucement ce garçon de 8 ans, le temps d’un dernier texte — ou d’un tout premier chapitre. Et je traçais ces mots : « Sporting Castrol - Racing, septembre 1967, » puis je passai à la ligne, la langue aux commissures, les yeux perdus sur la photo encadrée. Il fallait vite que j’en cap- ture le souvenir, que je couche cette his- toire sur le papier avant qu’elle ne fane, qu’elle ne tombe définitivement dans le vide de l’oubli.
Sporting Castrol - Racing, septembre 1967
Mon Papy Albert était debout sur le béton d’un gradin, baigné du halo jaune d’un pylône culmi- nant. Flottait autour de lui la fumée des cigarettes patientes, des cheveux d’ange électrisés dans le
37






























































































   35   36   37   38   39