Page 26 - La Place des Wallons
P. 26

 Christophe Géradon
prolonge la discussion sur ce sujet précis. J’avais prononcé quelquefois le prénom de Richard, presque par inadvertance, et comme un réflexe elle buvait à chaque fois une petite gorgée de café, comme pour se couvrir la bouche. Puis, enfin, je parlais de ma Claudine, et Mme Bertiaux me posa cette fois des questions polies et de circons- tance. Elle m’avait appelé « Monsieur Montegnée » et je lui avais intimé de dire « Michel ». Elle avait dit « Bien sûr », et je sus à ce moment-là qu’elle était dans la connivence, qu’elle savait que c’était mon faux prénom. Un « prénom de l’hôtel du Midi ».
La discussion revenait à Christelle, peut- être par ma faute, et je voyais que, malgré les tics, Madame voulait en parler. L’ap- partement semblait mort, sombre, vide ; seule une porte était peinte en couleur gaie, et je m’étais plusieurs fois tourné vers cet arc-en-ciel phosphorescent, comme un phare dans la nuit. Madame avait fini par me dire que c’était la chambre de Chris-
26































































































   24   25   26   27   28