Page 22 - La Place des Wallons
P. 22

 Christophe Géradon
d’eau de Javel, comme dans la prison de Lantin. Un film était en projection dans une petite salle ; j’entendais simplement les musiques assourdies d’un saxophone suggestif. Pourquoi cette histoire de Chris- telle “Foxy” me touchait-elle ? Me tou- chait-elle vraiment ? J’étais peut-être entré dans l’ABC comme on veut parfois s’assu- rer que tout est bien en place. C’est à dire — on voudrait se rassurer que les choses ici ont aussi mal tourné qu’ailleurs — qu’immanquablement, au fil de nos exis- tences interminables, les autres aussi ont fini par emprunter ce sentier borgne. Pour ça voulais-je peut-être constater « l’adoles- cente à 300 francs », comme nous payions pour voir la femme à barbe ou l’homme éléphant — nous, les femmes à barbe et les hommes éléphants.
Une petite femme grassouillette est re- venue dans son guichet, s’est poussivement hissée sur son tabouret, a ajusté un micro lâche, m’a vu sans me regarder, et m’a demandé « Film ou femme ? » J’ai dit
22































































































   20   21   22   23   24