Page 19 - La Place des Wallons
P. 19

 Un mardi de juillet
« En face » de l’hôtel du Midi, il y avait bien évidemment la gare des Guillemins, des lignes de vie métalliques qui cour- raient le long du continent. Richard me parlait de la gare et de Claudine, et du fait qu’on y « basculait » — et je voyais bien le double message ; on basculait dans ces villes, et on basculait dans la vie des Clau- dines. Je me demandais s’il parlait de cette Claudine en particulier. Et je me deman- dais aussi quand il allait me proposer un échange de bons procédés. Richard posait la langue sur ses dents quand il évoquait Claudine. La mâchoire en avant, il me manipulait le col, je sentais qu’il pensait au col de la robe de Claudine, et il me passait les doigts sur le cou, il effleurait la peau blanche et les cils bleu électrique.
Nous avions fini par nous asseoir dans le petit canapé. Richard me parlait des « autres ». Il me parla d’une Christelle, dite « Foxy », qui avait vécu avec sa mère — tenez, juste au-dessus de votre chambre, au 303. Sa mère vivait toujours
19































































































   17   18   19   20   21