Page 139 - La Place des Wallons
P. 139

 Le pont Kennedy
de mimer sa rencontre d’hier à la gare avec Muriel.
Dans la vie de tous les jours, Michel ra- tait tout — l’école, le sport, la solitude —, ses refuges habituellement placides lui semblaient tout à coup inextricablement complexes ; quelque chose en lui exigeait qu’il brise une paroi invisible, impose enfin son torse, à la face du monde et à celle de Constance ; qu’il pose ses conditions sur absolument tout ; et ce qu’il voulait par- dessus tout, c’était de manger Constance. Et il avait ragé face à cette incongruité, avait préféré choisir, pour que cette bou- cherie reste une blague, de la repousser violemment, de la nier. L’unique solution pour ne pas l’avaler ronde était de devenir bête et méchant, sans aucune raison, et de lui fermer la porte de ses 17 ans.
Ce fut une prise de distance innom- mable, terrible ; mais cette mise au ban était un mal moins définitif certainement que d’arpenter la falaise abrupte, la pente
139






























































































   137   138   139   140   141