Page 138 - La Place des Wallons
P. 138

 Christophe Géradon
mouvements. Et ils avaient passé des après-midis entières au milieu de leurs émanations, à écouter des disques, droits comme des i, pour limiter la diffusion de leurs phéromones autour du meuble-pla- tine en acajou du grand-père de Michel ; chacun à leur tour en charge du 45t qu’ils fredonneraient les yeux fixés sur le jardin en contrebas. Michel s’était rendu compte assez abruptement que Constance savait qu’elle lui plaisait — le franc était tombé au cours d’une de ces séances d’écoutes, alors que la manigance datait —, elle mul- tipliait les contacts physiques à chaque fois qu’elle réclamait une faveur ; un verre d’eau, la lecture à haute voix d’un cha- pitre, l’enregistrement d’une cassette ; il lui suffisait d’accompagner ses demandes d’une main lâche qui court le long d’un avant-bras, ou d’une bottine posée sur ses souliers. Elle croisait les jambes sur les siennes, et elle faisait une moue jusqu’à ce qu’il obtempère ; il y avait eu cette fois marquante où elle avait enlacé Michel afin
138
































































































   136   137   138   139   140