Page 128 - La Place des Wallons
P. 128

 Christophe Géradon
sortir d’une manière ou d’une autre, que je devais cracher ; et il me revenait le droit je crois d’éructer un pléonasme au moins, un double sens qui, par celui que je ne comprendrais que trop bien, satisferait la lubricité qu’évoqueraient à jamais chez moi cet agencement de rouge, de jaune et de blanc qu’était le visage de la Claudine que Madame Jacqueline ne connaîtrait jamais, et je pensais à cette « magie » dont je devais par pudeur et bonnes mœurs faire preuve ; et puis, la minute fut passée, mon hallucination s’était étiolée, alors j’avais parlé au sourire suspendu de Ma- dame Jacqueline, j’avais dit mon rêve rouge, jaune et blanc, cependant de ma bouche ricochèrent durant un temps que je ne saurais quantifier, mais qui en même temps fut assez long pour contenter tant les yeux de Madame Jacqueline que ma pulsion de raconter à couvert le Malin in- dubitablement présent sous ce toit (et sous le toit de la grange et celui du moulin), du- rant un certain temps donc ai-je raconté ce rêve rouge, jaune et blanc, mais abra-
128
































































































   126   127   128   129   130