Page 127 - La Place des Wallons
P. 127

 La Tringle Haribo
(...le soulagement de l’acné de ma bonne amie ?), je fus tenté de lui raconter mon rêve, mes quinze minutes de gloire, mes quarante fois quinze minutes de célébrité, surtout leurs trois dernières minutes à cha- cune, où Claudine venait déposer l’arrière de sa tête sur mon torse glabre, et où je ne voyais plus que le rouge vif de ses joues, le jaune citron de son pus et le blanc cassé de cette grimace qui lui poussait ; je les voyais par au-dessus, inversés, et c’était le rictus qui n’allait pas aux jeunes filles bien je pense, la bouche tordue comme d’avoir reniflé un fromage redoutable, le nez pal- pitant qui s’apprête à éternuer dans son ventre, les deux quenottes comme celles d’un petit cabot, qui apparaissaient des deux côtés, et cette impression grandis- sante, jusqu’à la transmission de mon flux d’acide désoxyribonucléique, de piloter par les épaules une jeune actrice promet- teuse des quartiers d’Amsterdam ; chose que je ne pouvais dire non plus, cependant que ma lippe se chargeait de tous ces ad- jectifs abominables, qui menaçaient de
127
































































































   125   126   127   128   129