Page 123 - La Place des Wallons
P. 123

 La Tringle Haribo
nous avions baisé tellement et souvent que les joues roses et beiges de Claudine au bout de nos violentes acrobaties canines passaient au rouge vif et au jaune citron, que ce pouls, finalement, que ces veines, leur réseau sous-cutané de pus, avaient fini par s’expurger aussi radicalement que nous nous expurgions l’un l’autre ?, non je ne pouvais dire ça à Madame sa maman, et de toute façon cette minute d’épiphanie durant laquelle je repensais à ces quarante après-midis de gymnastique phagocytait totalement toute intelligence capable d’en faire une anecdote ; et quand bien même, comme je l’ai dit, je vivais cette minute tout à fait ailleurs qu’aux côtés de Ma- dame Jacqueline — je me demanderais plutôt si cette épiphanie fût ma première expérience de la nostalgie ; et puis qu’au- rais-je pu dire à Madame sa maman à moins d’utiliser les histoires d’abeilles — alors qu’il était plutôt questions de chiens (et mes pensées allaient à Kazan, le do- berman gigantesque d’Emmanuel, tou- jours haletant aux nouvelles visites, et à ses
123
































































































   121   122   123   124   125