Page 12 - La Place des Wallons
P. 12

 Christophe Géradon
Le 203. J’ai tourné la clé dans la ser- rure, ma main a joué un moment sur le mur intérieur. Un lustre en faux cristal illuminait une première pièce, qui me sau- tait au visage. La même moquette cou- leurs de feu, le pas en arrière, je voulais prévenir les autres locataires, mais j’ai poussé Claudine dans le foyer. L’homme au pyjama bleu ciel jouait avec une flamme devant son visage, qu’il fouetta avant de souffler un panache de fumée. La lumière du couloir s’était alors éteinte. Je rentrai dans notre nouveau « chez nous », posai ma valise, et fermai la porte à clé.
Je me tenais debout, entièrement nu, dans l’encadrement de la porte de la salle de bain, faisant face au lit. Mes bras pen- daient simplement le long de mes flancs, et j’observais Claudine. Elle était couchée sur le ventre au milieu du lit. Je l’observais — comme si elle était incapable de me voir. Dans mon dos, l’eau bouillante tombait dans le magma, avec un son creux, caver- neux. Claudine était absorbée par la lec-
12































































































   10   11   12   13   14