Page 117 - La Place des Wallons
P. 117

 Christelle
j’intervertissais les rôles, j’étais maintenant tout à fait derrière le comptoir, au bout du fil, à la place de Christelle, et j’imaginais moi-même Christelle dans mes apparte- ments, à côté du Dr Jacqueline, occupée à déchiffrer éperdument sa grande bouche grise, à la recherche du sourire qu’au bout du fil je déployais peut-être en écho du sien. Je fixais le Dr Jacqueline, et mon vi- sage était illuminé par ses grosses commis- sures, jusqu’à mes yeux, perdus sur ce fan- tôme de la bouche de Christelle, ses dents fraiches qui se superposaient au vieux den- tier fumé, que je voulais sucer, pour goûter ce film sur l’émail, que j’imaginais men- tholé, et je m’octroyais encore bien en pensée, comme un petit cadeau honteux que je ne méritais pas, son petit rire bref qui lui surgirait par inadvertance, qui cas- caderait au dépourvu d’un bon mot du Dr Jacqueline, et ce visage ensoleillé qui dé- gringolait d’un rire spontané, tellement soudain qu’il l’obligerait à se poser une main sur la poitrine, pour se rattraper, ce visage, comme s’il explosait au mien, me
117
































































































   115   116   117   118   119