Page 110 - La Place des Wallons
P. 110

 Christophe Géradon
peu le samedi, peut-être même aller jus- qu’à la caisse avec la robe rouge scin- tillante et faire l’étourdie à mi-chemin car on aurait oublié le carnet de chèques du père, et je lisais cette hésitation sur le vi- sage de ma mère ; jouer avec la vendeuse cet acte-là ou non ?, ce petit jeu pour se faire un peu mousser — puis maman dé- croche le cintre, elle marche un peu avec la robe rouge scintillante sous le bras, mais la remet immédiatement en place ; la ven- deuse, occupée avec une vraie cliente, n’a pas voulu jouer la petite scène. Nous avions gagné la porte vitrée, « parce que personne ne voulait nous servir », et main- tenant nous étions sur un trottoir de la Place St-Lambert, à même l’œuvre du peintre, le tableau pas encore sec, piqués que nous étions à la tête par mille aiguilles glacées, et ma mère nous tirait par le bras, et nous nous engouffrions déjà dans une bouche toute proche, une nouvelle porte vitrée qui se rabattait sur le silence relatif ; mon frère se tenant là, ne tentant rien pour déchiffrer le visage de maman, s’en-
110
































































































   108   109   110   111   112