Page 11 - La Place des Wallons
P. 11

 Un mardi de juillet
me tendait. Une clé avec une plaque ac- crochée par un anneau, comme un jeton losange de casino. Incrusté dans la Baké- lite bleue, le numéro doré qu’elle venait de prononcer : le 203. Elle tournait une nou- velle page géante, et je voyais des têtes de criminels en noir et blanc s’escamoter, remplacées par des sportifs en lutte au- dessus d’un ballon croûteux. Nous ne pouvions être dans cette édition déjà.
Nous avons gravi les marches avec nos deux valises, sommes passés devant le 101, avons grimpé encore, jusqu’aux pieds nus d’un grand homme en pyjama de soie bleu ciel. Je l’ai salué ; lui évaluait Claudine, tout en remontant un réveil mécanique. J’ai tiré ma « femme » dans le couloir, et nous nous engouffrions un peu vite dans une certaine obscurité. Puis tout s’éclai- rait ; l’homme au pyjama de soie, près de l’escalier, une main sur l’interrupteur, me faisait un signe, comme un caporal décon- tracté, avec deux doigts sur le front.
11































































































   9   10   11   12   13