Page 104 - La Place des Wallons
P. 104

 Christophe Géradon
recommandation. Marthe me l’ôta des mains et, jouette, me glissa un mot dans le creux de l’oreille. Puis elle quittait le salon, altière, laissa la porte ouverte et monta les marches de l’escalier.
« Fais-moi l’amour »
Je bus un peu de cidre, laissai passer dix minutes, puis montai retrouver ma femme.
Elle était couchée, nue, son corps rendu orange et rose par les flammes des courtes bougies, et la scène fantastique entière- ment vacillait à la bise inclinée de la petite lucarne aux verres fendus. J’entrai penché dans le débarras, et retirai mes vêtements. L’un face à l’autre, nos corps impatients, à genoux sous le faîte du toit, je redécou- vrais quasiment ma femme. Je la gobai sur le champ, et elle me goba en retour ; nous n’étions plus que bouches, nous haletions tels des chiens branlés, nous nous mélan- gions dans une soupe de sueur, et puis nous étions ces liquides onctueux, et nos
104





























































































   102   103   104   105   106