Page 101 - La Place des Wallons
P. 101

 Marthe
ment un mot qui n’en finissait pas. Son vi- sage était livide, ce 24 décembre, ses yeux blancs ; j’avais paniqué comme jamais en- core. Je lus son mot.
« Fantasme »
J’appelai Marthe, qui descendit deux vo- lées d’escaliers, et lui demandai de subve- nir urgemment aux besoins de Mademoi- selle — moi, je n’y pouvais plus rien. Elle devait prévoir, lui soufflais-je, une traver- sée de Liège, s’il s’avérait que les choses tournassent au vinaigre.
Mais, contre toute attente, Marthe passa la nuit. Je ne puis dire à quel point je fus reconnaissant à la vie ce matin-là, quand je vis mon amour adossée à son coussin, léchant, quoique laborieusement, une confiture étalée sur une miche de pain. Je restai un instant au pied de son lit, presque incrédule, ne sachant pas qui, ou quoi re- mercier pour cette soudaine résurrection. Une nouvelle bûche brûlait dans l’âtre, et
101





























































































   99   100   101   102   103